Tournepierre noir

Photo par Bernard Tremblay

Tournepierre noir

Bernard Tremblay

05 janvier 2019

Ce tournepierre noir est venu se poser si près de moi que j'ai aperçu les moindres détails de son plumage, tel la bande fine blanche au bout de sa queue. Je retrouvais plutôt ce limicole sur le bord rocailleux de l'océan à Victoria. Il cherchait des invertébrés sur des billots qui jonchent la plage à Esquimalt Lagoon. Ces troncs massifs réduisent l' érosion des berges. On voit que cet oiseau n'a pas encore la tache blanche sous l' oeuil, caractéristique de son plumage nuptial.

Bernard Tremblay

de Calgary, Alberta

612 Observations

291 Espèces différentes observées

Découvrir ses observations Découvrir ses photos

Tournepierre noir

Ce tournepierre est fortement associé aux côtes rocheuses battues par les vagues du Pacifique. Il niche sur les battures à végétation clairsemée près des prairies côtières du nord de l'Alaska. Il passe l’hiver le long de la côte Ouest, de la Colombie-Britannique à la Basse-Californie, où on le retrouve sur les rivages rocheux dénudés le long des côtes et des estuaires: récifs, plages, promontoires, jetées, etc. Son corps brun noirâtre contraste avec son ventre et ses sous-caudales blancs. En vol, le dos et le dessus des ailes et de la queue présentent un motif frappant où alternent des bandes noires et blanches.

Faits marquants 

Sur les sites de reproduction, il est extrêmement agressif envers les prédateurs ailés, pourchassant à plus de 100 mètres du nid les labbes et les goélands, qui se font parfois même arracher des plumes! Sa mandibule inférieure légèrement convexe lui permet de retourner aisément les pierres sous lesquelles se cachent ses proies (crustacés, mollusques et autres invertébrés).

2 Observations

Rechercher cet oiseau
J'ai Observé cet oiseau