Carouge %c3%a0 %c3%a9paulettes 121 carouge %c3%a0 %c3%a9peaulette

Photo par Bernard Tremblay

Carouge à épaulettes

Bernard Tremblay

24 février 2020

J' étais surpris d' entendre un chant qui ressemblait à celui d' un carouge à épaulette en plein hiver à Calgary. Cet oiseau cachait ses épaulettes, qui ne sont visibles qu' en période de nidification, et qui lui servent à intimider des mâles qui s' approchent de son territoire.

Bernard Tremblay

de Calgary, Alberta

634 Observations

299 Espèces différentes observées

Découvrir ses observations Découvrir ses photos

Carouge à épaulettes

De tous les «oiseaux noirs» du Québec, il est le plus abondant et le plus largement réparti. Il fréquente les marais, les champs, les bordures de routes. Son chant est reconnu de tous: «Oncle Harîîîîîîîîîî!». La femelle quant à elle, émet un crépitement strident et plaintif. Le mâle est complètement noir hormis aux épaules où il arbore fièrement des épaulettes rouges bordées de jaune. La femelle est complètement différente, fortement striée de brun sur tout le corps, semblable à un gros bruant, la face teintée de jaune. Les jeunes mâles ressemblent aux femelles avant d'enfiler leurs habits noirs l'été suivant.

Faits marquants 

Le carouge est régulièrement polygyne, et un mâle peut avoir 2 ou 3 femelles nicheuses sur son territoire. Les mâles arrivent plus tôt que les femelles au printemps, à partir de la mi-mars, pour établir leurs territoires. Cet oiseau est très territorial et solidaire; il n'hésite pas à s'attaquer, avec les mâles du voisinage, à un raton laveur, un busard, un héron et même l'homme.

28 Observations

Rechercher cet oiseau
J'ai Observé cet oiseau